MANIFIESTO-MANIFESTO


MANIFIESTO SIEMPRE
Ana Valenzuela-Zapata et Thamara Cruz
Merci à la traduction et révision du texte en français de Gabriela Sepúlveda, Yves Pierrot et Martin Pabón.

Chez SIEMPRE nous travaillons en réseau, nous faisons entendre notre voix afin de nous faire reconnaître en tant que migrantes et porteuses d’une diversité culturelle, géographique et esthétique. Nous reconnaissons l’importance de tisser des liens et des alliances avec des sœurs vivant d’autres réalités, afin qu’elles puissent partager leurs réflexions, leurs expériences et valoriser leur participation sociale. Nous accordons de la valeur à la communication dans un langage commun, et reconnaissons aussi la richesse que procure la participation d’accents divers.
Nous, les femmes latino-américaines, sommes une macro-diaspora en mouvement, avec un patrimoine culturel de résistance et de défense de la vie, de la dignité et de la justice. Nous et nos ancêtres sommes héritières de luttes pour préserver notre créativité ainsi que notre rôle dans la conception de nouvelles utopies.
Chez SIEMPRE, nous nous consacrons à la tâche de rendre visible les femmes latino-américaines, en prenant en compte la diversité de leurs origines, de leurs contextes culturels, de leurs réalités ethniques et raciales, de leurs différentes activités laborieuses (au sein d’une économie formelle aussi bien qu’informelle), et de leurs divers niveaux d’accès a l’éducation.
Nous voudrions l’appropriation du terme « latinas » pour déconstruire un adjective utilisé péjorativement, mais en honneur aux premières femmes migrantes qui se font appelés de cette façon aux Etats-Unis en défendant les droits de travailleurs agricoles.
Nous accordons de la valeur à l’avantage de communiquer en une seule langue et à la richesse qu’apportent de multiples accents. Notre langue intercontinentale, l’espagnol, se mêle avec les traditions, la sagesse et les langues des peuples originaires de l’Amérique Latine. Ainsi, nos mots et nos sentiments portent la marque de nos racines pré-hispaniques, une abondance naturelle, une richesse bio-culturelle. Nos activités, l’information que nous transmettons, les messages que nous échangeons, nous identifient et rappellent notre origine. Nous sommes héritières d’une cosmogonie ancestrale dans laquelle le métissage des cultures indigènes et afro-latino-américaine nous identifient d’une manière unique sur cette planète.
Nous partageons une réalité complexe avec de résistances culturelles importantes dès l’époque coloniale, sur une trame historique, politique et culturelle encore présente actuellement. C’est sur cette base que nous partageons connaissances, éducation et participation sociale dans le pays où nos actions se déroulent. Nos relations s’établissent non pas dans un esprit d’assimilation, mais dans celui d’un échange culturel mutuellement bénéfique.
Ce Manifeste est un appel à toutes nos sœurs « latinas » dans le monde afin de créer des liens, de constituer un réseau de femmes selon des principes de respect, de reconnaissance, de sororité et promouvant la visibilité de nos participations et de nos actions. Nous envoyons un message de collaboration afin de nous regrouper comme des cellules et constituer un tissu social avec une approche communautaire et une volonté de transcender la communauté que l’on habite.
En tant que citoyennes et immigrantes, nous diffusons un savoir précieux, utile et de grande importance pour la société, et ce dans de multiples domaines tels que la santé générale, mentale et reproductive, la science environnementale et agricole entre autres.
Dans le présent manifeste, nous encourageons l’expression, la manifestation et la participation inclusive, égalitaire et substantive avec d’autres organisations : étudiantes, chercheuses, artistes, artisanes et travailleuses qui elles aussi veulent constituer des réseaux pour promouvoir leur action. Nous valorisons toutes les expériences et expressions, et nous reconnaissons les contributions culturelles, sociales et professionnelles ainsi que la force du mouvement féministe latino-américain.
Nous convenons de l’importance de l’inclusion des femmes et filles dans la cohésion sociale Européenne, ainsi que sur tous les autres continents où vivent les femmes latinas. Nous comprenons la nécessité de procéder à une réflexion commune et d’élaborer des interactions de solidarité et de soutien pour la diffusion de la non-discrimination et la non-violence.
Nous invitons à réfléchir au futur des femmes migrantes. Notre statut de femmes en mouvement permet de créer des ponts et des actions visant à constituer et renforcer les voies de communication sociale, ce qui à son tour fournit un accès, puis une voix dans les espaces de discussion publique où les problèmes que nous vivons trouvent leur solution.
Nous faisons état de 7 points : Collectivité, Inspiration, Pensée, Diaspora, Autonomie, Reconnaisance, et l’Economie, pour la bonne constitution d’un solide tissu vivant de collaboration.

1. COLLECTIVITÉ
La croissance de tout tissu vivant nécessite un minimum de cellules, une seule ne suffit pas donc une seule cellule ne fait pas un tissu vivant. Nous souhaitons faire un tissu, avec des liens, des connections et des réseaux. Le but de l’élaboration du réseau est l’échange des savoirs, ainsi que la constitution de nouveaux encadrements et leadership des femmes qui développent leur participation avec les femmes qui vivent des situations de vulnérabilité et isolation. Des actions portées par un féminisme hiérarchique, autoritaire, avec un discours matriarcal et patriarcal, conduit à des résultats éphémères et partiels dans les actions collectives. Nous voyons que les actions patriarcales sont privées de l’acceptation de la diversité et empêchent la constitution de réseaux. Il en résulte une absence de collaboration, d’esprit communautaire, et une paralysie de l’innovation sociale et de l’équité. Afin de créer nos réseaux et liens de solidarité, il est nécessaire d’utiliser des récits inclusifs.

2. INSPIRATION
Le 8 Mars 2018, les femmes Zapatistas, réunies dans la Communauté de Las Abejas, Chiapas, Mexico, ont diffusé un message de respect et de reconnaissance de la diversité des féminismes. Elles ont invité les femmes du monde entier à faire face ensemble à la violence dans ses différentes manifestations et à la mort, qui sévissent dans le monde. Donc, ce qui nous unifie avec les autres féminismes est un front uni pour faire face à la violence et à la mort. Nous pensons que cette proposition innovante, issue de la communauté indigène latino-américaine, aboutissement d’une longue histoire de revendication des Droits Humains, est fondamentale pour la reconnaissance de la diversité des féminismes. Cette diversité est nécessaire à la formulation de propositions créatives qui viseraient à l’élimination des stéréotypes et des préjugés dangereux qui contribuent à la discrimination et la violence omniprésentes dans les sociétés de la pensée occidentale. Nous comprenons que la destruction et le traumatisme créé par la violence nous oblige à construire des dialogues, des réunions et des débats qui contribuent à l’élucidation des causes de cette violence. Ceci à l’échelle régionale aussi bien qu’internationale. Les femmes représentent la moitié de la population mondiale, leurs points de vue et leurs opinions doivent d’avantage contribuer à la compréhension sociale.

3. PENSÉE
Les réflexions et la pensée critique de l’Amérique Latine ainsi que les notions sur le colonialisme moderne nous aident à comprendre nôtre passé, présent et aussi le désir d’un meilleur avenir. Les diverses conceptions dé-coloniales du Sud produisent des féminismes conscients et alimentés par des situations qui surviennent dans le quotidien de millions de femmes latino-américaines. Nous reconnaissons les apports du féminisme dé-colonial comme source de pensée et d’action, qui nous guide vers des propositions dans la grande diversité de féminismes pour la création de liens de solidarité avec les femmes diaspora des toutes les Amériques.

4. DIASPORA
Nous lançons un appel pour la diffusion et la protection de la vie en communauté en étant femmes migrantes. Un lieu où toutes les femmes trouvent le soutien et la solidarité nécessaire au développement de leur liberté, à travers l’accès à l’éducation et à la justice, à une économie durable et aux services de santé. La vie en communauté des migrantes doit promouvoir l’observation, la prévention et la défense contre la violence en toutes les formes, qui a lieu dans tous les contextes socio-économiques. Il est nécessaire de diffuser le soutien mutuel et la solidarité à fin d’élaborer des solutions à nos problèmes. Il est fondamental d’assurer un accompagnement pendant toutes les diverses étapes de la vie des femmes : dès l’enfance, en passant par le cycle de reproduction, et la préparation professionnelle. Les coutumes, les traditions et la vie intérieure des communautés indigènes natives et afro-latino-américaines constituent une réserve de lien et de culture fondamentale pour notre identité. Profitons-en !

5. AUTONOMIE « EMPOWERMENT »
Nous comprenons la nécessité de développer l’autonomie des femmes et nous nous focalisons sur l’accès à l’éducation, l’égalité, la dignité, la justice et l’affranchissement vis-à-vis de la violence, comme vecteurs d’autonomie. Nous savons que la valorisation collective et sociale (l’empowerment) est beaucoup plus puissante que l’empowerment individuelle et purement économique.

6. RECONNAISANCE ET VISIBILITÉ
L’influence des femmes latino-américaines est présente dans tous les domaines du savoir : le soin, l’art, les sciences, la politique, la culture et la communauté. C’est une tâche fondamentale pour nos réseaux de rendre visible la participation des femmes latino-américaines dans la société contemporaine, dans tous les endroits de la planète. Nous sommes engagées à faire la mention publique du progrès, des réussites, des trajectoires, des découvertes, des triomphes et de toutes les reconnaissances accordées aux membres de notre communauté. Sans vouloir pratiquer une propagande déconnectée de la réalité des femmes, nous considérons important de souligner les injustices subies et les batailles menées par nos sœurs latino-américaines. Ainsi que la visibilité et reconnaissance des femmes latino-américaines dans la mythologie du féminin des Amériques. À cet effet, nous considérons nécessaire de mentionner, rappeler, diffuser, soutenir et conserver nos sœurs dans l’imaginaire collectif des divinités féminines. Nous faisons référence aux luttes pour évoquer et reconstruire la mythologie féminine de l’antiquité à nos jours.

7. ÉCONOMIE
Le système économique que privilège le marché est un courant de pensées qui s’oppose continuellement aux principes latino-américains, lesquels résistent à l’appropriation et la marchandisation des ressources naturelles, des peuples et individus ainsi que de la culture. Nous nous opposons à un système économique qui repose sur l’exploitation et la dévalorisation de la main d’œuvre, particulièrement celle des femmes et en particulier chez la population migrante. Nous dénonçons le système économique actuel comme la principale cause du phénomène du déplacement et de la migration économique de la main d’œuvre latino-américaine. Nous propageons une nouvelle utopie « l’économie pour la vie » où sont promus la conservation, le respect et la récupération des ressources naturelles. Cette proposition en référence aux propositions ancestrales d’un équilibre féminin, la “Pachamama”, qui repose sur l’importance du territoire, du corps et de la Terre.