Mesdames Hélène Rickmans Parlementaire Écolo, Sénatrice et Députée de Brabant …

Mesdames Hélène Rickmans Parlementaire Écolo, Sénatrice et Députée de Brabant Wallon, Joelle Kapompole Députée PS, Fédération Wallonie Bruxelles,

Saskia Bricmont Euro Députée Écolo, Marie Nagy Députée au Parlement Régional Bruxellois, Esther Ingabire en absence de Mme la Ministre Ministre Bénédicte Linard Vice-Présidente de Droit de Femmes et Nevruz Unal, Echevine Bruxelles PS.

Cecilia Torres Conseiller Écolo Ottignies-LLN, Amancay Dégas Collectif de Femmes LLN, Katinka ‘T Zandt Le Monde Selon les Femmes et Thamara Cruz SIEMPRE.

Suite à notre réunion réalisé le 1er mai jour international du travail veuillez-vous trouver ici un résume avec les thèmes spécifiques et propositions essentielles traités dans notre dialogue.  Nous vous remercions votre compromis et nous sommes sûres de construire un chemin vers l’équité pour les femmes, les femmes migrantes et les femmes sans papiers vivantes en Belgique. Ici les propositions claires que nous vous demandons de solidarité.

-Nous sommes sensibles à une attention prioritaire pour la régularisation Humanitaire Immédiate du statut légal des femmes migrantes sans papiers qui habite en Belgique, (l’exemple de Portugal). -Violences : Tant que la plupart les violences faites aux femmes et enfants se réalisent dans les domiciles privés le risque est constant. Les femmes et ses enfantes ne peuvent aller louer ni déménager, urgemment c’est nécessaire d’habiliter des hébergements après le COVID-19, et instrumentaliser légalement la violence comme crime et le féminicide. -Faciliter l’accès aux colliers alimentaires d’urgence surtout pour les femmes et familles sans papiers qui sont dans l’attente de régulariser son statuts légal (refugiées politiques, demandeurs d’asile), avoir de l’accès au service médicaux dentaire, et spécialisés. -Les maisons médicales prévoient une haute de grossesses non désirées depuis le COVID-19 il faut créer des campagnes de diffusion publicitaire partout la Belgique pour que les femmes, les filles puissent connaître les services et l’information concernant a l’interruption des grossesses avec ou pas de séjour régularisé. -La précarisation des femmes avec la crise a stimulé leur problématique qui devienne de plus en plus insoutenable parce qu’elles sont 24hr., avec leur agresseur les femmes sans papiers devront avoir l’accès à la régularisation pour ne permettre la dépendance de son séjour depuis son agresseur. -Les organisation qui accompagne les femmes ont besoin des appuis plus précises et pouvoir offrir des solutions, après la crise c’est nécessaire de créer de contrat social avec les organisations sur terrain et de la société civil pour travailles ensemble et d’une manière effective et coordonnée. -Le prolongement des mesures de confinements augmente le chômage, l’insécurité financière et diminue leur résilience face à la précarité, à l’insalubrité et à l’absence de justice, incrémentant aux risques de maladies mentales, post-traumatiques dérivées de la violence intrafamiliale, le service médical comme les psychologues, ethno-psychologues, psyquiatre et pedo-psychologues doivent être considérés comme parti de la mutuelle ainsi que les médicaments, consultations et traitements qui garanti une sécurité holistique humaine. – Il est d’extrême urgence de faciliter l’accès aux services dans d’autres langues comme l’espagnol et le portugais pour l’accueil des femmes, pour les aider à poser les plaintes judiciaires et recevoir les orientations pertinentes aux services médicale, d’urgences et d`accompagnement dans les cas de violence domestique, abus sexuelle, traite humaine : Ce service est nécessaire autant pour les femmes comme pour les filles et enfants qui ne parlent aucune langue officielle. – Faciliter la régularisation du séjour des femmes latino-américaines qui travaillent déjà dans le secteur des soins, nettoyage, aide-soignante et infirmières. Redacté par Thamara Cruz avec les conclusion du Débat.  
Tags: No tags

Añadir un comentario

You must be logged in to post a comment